Etonnant/Historique

L’histoire par les timbres

timbres - drapeaux du Venezuelatimbres - drapeaux du Venezuela (1821-2006)

Le Venezuela, comme beaucoup de pays d’Amérique latine, fête cette année le 200e anniversaire de sa déclaration d’indépendance. C’était le 5 juillet 1811 : profitant de la déconfiture de la couronne d’Espagne suite à l’invasion napoléonienne de la péninsule, les représentants de sept provinces appartenant à la Capitanía General de Venezuela, signent l’Acte de la déclaration d’indépendance et établissent une nouvelle nation basée sur les principes républicains.

Il faudra encore dix années ans d’une guerre interminable (1811-1821) et la transition par la Grande Colombie (1821-1831) pour que le Venezuela devienne enfin une république indépendante. Trente ans plus tard, le pays traversera encore une guerre civile dite Guerra Federal (1859-1863). Il connaîtra encore de nombreuses vicissitudes politiques au long des 19e et 20e siècles, jusqu’à nos jours.

Symbole fort

Cette histoire mouvementée se reflète dans la collection de drapeaux qu’a connus le pays depuis le début de sa lutte pour l’indépendance, à la fin du 18e siècle. On sait que le drapeau est à la fois signe de ralliement pour les combattants et symbole fort d’une nation. Au fil des luttes politiques qui furent les siennes, le Venezuela en a usé et abusé : pas moins de vingt drapeaux en 200 ans d’histoire !

Comme pour rappeler ce long cheminement, la poste vénézuélienne a édité en 2009 deux feuillets de dix timbres représentant les drapeaux qu’a connus le pays depuis sa formation (ci-dessus). Dans un but de divulgation, les bords de feuille fournissent une information précise sur les dates d’introduction des drapeaux dans l’histoire constitutionnelle du Venezuela. On parcourt ainsi, mine de rien, deux siècles de luttes et transformations politiques dans le pays.

Les couleurs de Miranda

Francisco de Miranda par M. Tovar y Tovar

Le premier drapeau recensé, de 1797, correspond au mouvement émancipateur de la fin du 18e siècle, dont les leaders furent Manuel Gual et José Marìa España. Viennent ensuite les drapeaux conçus par Francisco de Miranda, précurseur de l’indépendance et mentor de Simón Bolivar. C’est Miranda qui se trouve à l’origine des drapeaux de la future république : le drapeau de 1800 (qui restera à l’état de projet) introduit les trois bandes horizontales égales qui caractérisent aujourd’hui encore le drapeau vénézuélien. Elles sont alors noires, rouges et jaunes, pour symboliser les trois origines ethniques du Venezuela. Le drapeau de 1806 (qui sera implanté au Venezuela lors d’une expédition de Miranda près de Coro) introduit, lui, les trois couleurs jaune, bleu et rouge.

Sur le choix de ces couleurs, on a beaucoup glosé. Miranda lui-même explique que c’est le poète allemand Goethe qui lui aurait expliqué la théorie des couleurs primaires et l’aurait incité à choisir ces couleurs pures pour son projet émancipateur. La petite histoire –une sorte de buzz avant la lettre– ajoute que Miranda, personnage mondain qui fréquenta tout qui comptait dans l’Europe de la fin du 18e siècle, choisit ces couleurs à la suite de sa relation amoureuse avec l’impératrice Catherine II de Russie : le jaune pour la blondeur de sa chevelure, le bleu pour la couleur de ses yeux et le rouge pour l’intensité de ses lèvres !

Modifications de détail, mais symboliques

Quoi qu’il en soit, ces trois couleurs seront celles de tous les drapeaux qui suivront. Entre 1819 et 1830, les drapeaux de la Grande Colombie, une entité politique dont fit partie le Venezuela, se caractérisent par la largeur inégale des trois bandes de couleurs. C’est toujours le cas des drapeaux actuels de la Colombie et de l’Équateur, les deux autres territoires qui conformaient cette Grande Colombie.

Le drapeau vénézuélien retrouve ses trois bandes de largeur égale en 1836, pour ne plus les perdre. Les changements ultérieurs ne toucheront plus que des détails –souvent symboliques : le nombre et la disposition des étoiles, ou encore les armoiries.

Vers la gauche

Armoiries du Venezuela

Les nouvelles armoiries du Venezuela (2006)

La dernière modification date de 2006 et correspond au changement de nom officiel du pays, comme marque de la « révolution » que veut imprimer au pays Hugo Chávez : la République du Venezuela devient République bolivarienne du Venezuela. Dans la foulée, les symboles patriotiques sont modifiés. Sur les armoiries du pays, le cheval galope désormais vers la gauche et non vers la droite, histoire de bien signifier la nouvelle destination du pays… Le drapeau, lui, reçoit une huitième étoile, qui symbolise la huitième province s’étant ralliée à l’indépendance, la Guyana. En 1817, Simón Bolívar avait décrété l’adjonction de cette huitième étoile, comme le montrent les deux drapeaux datés de cette année-là. Hugo Chávez a voulu renouer avec son illustre prédécesseur et inspirateur en ajoutant lui aussi cette étoile.

Le nouveau drapeau ne fait évidemment pas l’unanimité. Les opposants actuels continuent d’arborer fièrement le drapeau antérieur, à sept étoiles, en guise de réfutation de l’actuel gouvernement. On se rappellera l’incident créé l’année dernière par la Miss Univers Stefania Fernández lorsqu’elle sortit subrepticement le drapeau à sept étoiles devant toutes les télévisions du monde. Une petite gueguerre sur fond d’étendards…

La longue épopée historique et politique du Venezuela, symbolisée par cette série de vingt drapeaux, s’arrête pour l’instant ici. Qui osera maintenant parier sur ce que sera le prochain drapeau du Venezuela ?

Advertisements

Une réflexion sur “L’histoire par les timbres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s