Insolite

Les motos chinoises et la liberté

Moto chinoise

Les motos chinoises sont-elles source de liberté? Non, ce n’est pas la question du dernier bac de philo (encore que, pour décrasser quelque peu l’institution, ce pourrait en être une –et intéressante par-dessus le marché).

Examinons la photo ci-dessus, prise à Calderas, petite localité de l’état de Barinas, dans le piémont andin. La moto est chinoise, elle est flambant neuve, ils sont trois. La photo ne le dit pas, mais je mettrais ma main au feu que c’est leur premier véhicule.

Pour ces trois-là, oui, cette moto, c’est la liberté. Pour la première fois de leur vie sans doute, ils peuvent se déplacer librement, aller où ils le désirent, sans dépendre des anarchiques transports en commun.

Le trio de la photo n’est qu’un exemple parmi des milliers, si l’on en juge par le nombre de motos chinoises vendues ces dernières années au Venezuela. Il faut dire que les bêtes ne sont pas chères (à partir de trois salaires minimum) et se trouvent à la portée d’un tout nouveau public : les jeunes travailleurs, les jeunes paysans et tous ceux qui –tant bien que mal– ont vu leur condition de vie s’améliorer sous le chavisme (quoi qu’en disent les économistes classiques, ils existent, je les ai rencontrés).

Avoir une moto, fût-elle chinoise, c’est grimper dans l’échelle sociale, c’est pouvoir sortir entre amis, inviter sa belle à une balade le dimanche après-midi… C’est pas la liberté, ça? Il n’y a pas si longtemps, on disait en Europe : Mon auto, c’est ma liberté! Peut-on décemment jeter la pierre sur les Vénézuéliens qui disent maintenant : Ma moto chinoise, c’est la liberté?

Bon, soyons clairs : la moto chinoise, ce n’est pas la panacée. On ne parlera pas ici de leurs qualités mécaniques réputées douteuses, de la difficulté de trouver des pièces, des trop nombreux accidents de la route, du regain d’insécurité qu’elles impliquent (car elles sont pratiques pour les petits vols à la tire)…

Mais la liberté, cette sensation de pouvoir aller où on veut quand on veut, cela vaut bien de prendre quelques risques. Bien sûr, ce n’est pas la Liberté avec un grand L et en lettres grasses, mais cette petite liberté-là, cette petite sensation, vaut bien 1000 dollars, le prix de la moto…

P.S. : À l’origine, j’avais pensé écrire un article pour ironiser sur le trio à moto de la photo, le casque de vélo du conducteur, le postérieur sur le porte-bagage, etc. Puis je suis tombé sur ce site et je me suis désisté, devant l’inanité de mes intentions. À la vue de ces photos, je suis resté bouche bée, tout en riant jusqu’aux larmes (essayez, c’est possible). Allez donc y jeter un coup d’œil : vous y trouverez de solides arguments pour répondre à la question qui ouvre ce billet.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s