Humoristique/Inattendu/Insolite/Sportif

Piégé par un poisson d’avril !

Poisson d'avril, par Maryline Rich

Illustration: Maryline Rich

Je m’étais justement dit que cette année je n’avais pas vu fleurir beaucoup de poissons d’avril sur le web. Sans doute parce que le 1er avril tombait un dimanche, aventurai-je.

Il m’aura fallu attendre le 2 avril pour me rendre compte qu’en fait j’avais mordu à l’hameçon d’un poisson d’avril tombé sous mes yeux. J’ai été piégé comme un pauvre innocent. Cela ne m’était plus arrivé depuis des années. En voici l’histoire édifiante.

Un titre énigmatique

Au matin du 1er avril, je fais ma veille quotidienne sur le Venezuela et consulte Google News. Parmi d’autres, je tombe sur ce titre pour moi énigmatique : Une compagnie pétrolière vénézuélienne s’intéresse à l’AJA.

Je clique et je tombe sur une page du quotidien L’Yonne républicaine. J’y lis ceci :

Gérard Bourgoin, le président de l’AJA, l’a répété plusieurs fois : pour lui, l’avenir économique -et par conséquent sportif- du club passe par l’ouverture du capital du club à des investisseurs extérieurs. Il se déclarait même intéressé dans le cas où des Qataris se pencheraient sur l’AJA.

Pour l’instant, point d’argent du pétrole du Golfe pour les Icaunais, mais peut-être bien… d’ailleurs. Selon nos informations exclusives, la société vénézuélienne Petróleos de Venezuela SA, propriété de l’Etat vénézuélien serait prête à investir dans le club ajaïste, sous la forme d’achats de parts de la société SAOS (société anonyme à objet sportif) qui détient le club à 100%.

Chávez avec un monsieur que je ne (re)connais pas

Je me rends compte alors qu’il s’agit de football. Une petite recherche m’apprend que l’AJA n’est autre que l’équipe d’Auxerre, actuellement en Ligue 1 française. Une photo montre Chávez avec un monsieur que je ne (re)connais pas et que je présume être le président du club (il s’avère, vérification faite, que ce n’est pas lui, mais le cinéaste Oliver Stone). Le récit est bien ficelé. J’accroche.

Le texte continue : le président de l’AJA, Gérard Bourgoin, qui est un ami personnel de Fidel Castro (il a investi en 1996 dans la prospection pétrolière à Cuba avec son autre ami Gérard Depardieu), est allé l’année dernière à Caracas. Il y a rencontré Hugo Chávez, qui s’est montré personnellement intéressé par le projet, d’autant plus qu’un jeune joueur vénézuélien, Yonathan Del Valle, évolue depuis 2011 dans l’équipe d’Auxerre. En plus, poursuit l’article, le profil de l’équipe d’Auxerre plaît au président vénézuélien : une petite équipe, mais volontaire et décidée, et qui n’a pas peur des grands (comme lui !). La conclusion de l’article est en demi-ton : il est cependant douteux que la compagnie pétrolière PDVSA accepte de financer l’AJA si l’équipe se retrouve en deuxième division à l’issue de cette saison (elle est actuellement la lanterne rouge du classement de la Ligue 1).

Dans le panneau

Plausible et convaincant, non ? J’ai mordu à l’hameçon, faisant inconsciemment un parallèle entre le financement par PDVSA de l’écurie Williams en Formule 1, assortie de l’engagement par cette dernière du pilote vénézuélien Pastor Maldonado. Yonathan Del Valle serait donc à l’AJ Auxerre ce que Pastor Maldonado est à Williams. La relation de Gérard Bourgoin avec Fidel Castro ajoute encore du vraisemblable.  Tout se tenait…

Je publie donc un résumé de l’article sur la page Venezuela de Scoop.it (que j’anime), ainsi qu’une courte note sur Facebook et sur Twitter.

Poisson d'avril

Dans le panneau

Ce n’est que le lendemain 2 avril que je me rends compte, à la lecture d’un démenti de L’Yonne républicaine, que je suis tombé dans le panneau. Je n’étais pas le seul d’ailleurs. Si on peut excuser Google News, qui est l’œuvre d’un robot, que dire du Nouvel Obs et de Football.fr, qui ont tous deux repris la nouvelle ? Honteux sans doute de leur bévue, ces sites ont aussitôt éliminé ces pages du web. C’est le cas aussi de la page originale dans L’Yonne républicaine, qui a disparu après la publication le jour suivant d’un commentaire intitulé Ces sites qui mordent à l’hameçon de notre poisson d’avril. Seules restent sur le web mes propres publications, comme preuve de l’existence de ce beau poisson d’avril. J’y ai cependant ajouté une note précisant qu’il s’agissait d’une fausse nouvelle.

En conclusion de cette histoire, il me reste à exprimer toute mon admiration pour le concepteur du poisson d’avril, qui connaissait particulièrement bien son sujet : Bourgoin, Castro, Chávez, PDVSA, Yonathan Del Valle… bravo ! tu m’as embobiné !

Le comble, maintenant, serait que Hugo Chávez prenne connaissance de l’anecdote et décide, sur un coup de tête dont il a l’habitude, de transformer le poisson d’avril en réalité !

Publicités

6 réflexions sur “Piégé par un poisson d’avril !

  1. Lui il connaissait son sujet mais … voila les mordus du foot , quant à eux , auraient peut-être décelé la supercherie ? ( tout en ignorant le reste ) …
    Mais après tout , pourquoi pas

  2. Voilà ce qui ce passe sur internet tout les jours (hors 1er avril): on nous gave des infos sans vérification, étant le « scoop » ou le « buzz » (le « ramdam » pour les franchouillards) le plus important… combien des fois les « journalistes » (entre guillemets car un vrai journaliste vérifie les sources) sont tombés dans le piège?… ben plusieurs fois… des exemples?… oui, avec plaisir : en février 2010 (on est loin du 1er avril) Canal + diffuse ça à l’antenne :

    « La Roumanie a confondu Haïti et Tahiti et envoyé un bataillon et 2.000 tonnes d’aide humanitaire en Polynésie française, révèle le site roumain Times.ro. “Ce n’est pas la peine d’en faire un plat, franchement, Haïti, Tahiti, Papeete, toutes ces îles ont des noms qui se ressemblent”, a déclaré le ministre de la Défense roumain, Gabriel Oprea. La bourde a fait un tabac sur la Toile russe, et la télévision colombienne a illico épinglé l’affaire, comme le montre l’extrait de JT mis en ligne sur YouTube. »

    Donc un journaliste français qui se presse à faire le « buzz » ne vérifie pas l’info (en plus la France est concernée, car il s’agit de Tahiti, donc le ministère des relations étrangères aurait pu publier un communiqué ou quelque chose dans le genre, non?, aurait pu penser un bon journaliste qui ne cherche pas à faire le buzz) et balance ça à la télé…

    Bon… pour la petite histoire, Times.ro est l’equivalent du « Chiguire bipolar » roumain…
    On doit vérifier ou pas ses sources quand on « communique » sur internet?… moi perso, je pense qu’on devrait toujours vérifier et/ou sinon, laisser les journalistes faire leur travail et arrêter de « buzzer » sur le net.

    Joardo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s