Etonnant/Humoristique/Inattendu/Insolite

El Chigüire Bipolar : le Charlie Hebdo vénézuélien

Isla presidencial: Uribe, Lula, Chávez

En route vers l'Île présidentielle

Le Venezuela a son Charlie Hebdo : le Chigüire Bipolar. Du chigüire, cet animal qui passe pour être représentatif du Venezuela, je vous ai parlé dans mon précédent article. Mais pourquoi bipolaire ? Parce qu’il n’est pas unipolaire, serais-je tenté de répondre, sans en savoir plus…

El Chigüire Bipolar

El Chigüire Bipolar

Quoi qu’il en soit, le Chigüire Bipolar est une sorte de magazine satirique qui se publie essentiellement sous la forme d’un blog sur le web. Il s’agit d’une initiative de trois amis qui décidèrent un jour de rompre avec le ronron de la presse conventionnelle et de se lancer dans l’aventure satirique. Mis à part quelques antécédents célèbres comme le Morrocoy Azul (créé en 1941) et le Camaleón (dans les années 1980), la presse satirique n’a jamais eu le vent en poupe au Venezuela : ici, il n’a jamais été de bon ton de rire -publiquement du moins- de ses gouvernants, ni des travers de sa société.

Modeste au départ, l’initiative  a aussitôt rencontré le succès, notamment auprès de la jeunesse, qui y a vu un exutoire à la langue de bois pratiquée  non seulement par le gouvernement (Patria, socialismo o muerte !),  mais aussi par l’opposition, qui depuis des années remâche le même discours primaire anti-Chávez.

Phénomène de presse

Deux ans après sa création, le Chigüire Bipolar peut se targuer d’être un véritable phénomène de presse. En nombre de pages vues, il dépasse, dit-on, le site de El Nacional, le plus grand quotidien du pays. Cela est dû, en grande partie, à l’excellente utilisation par l’équipe des médias sociaux tels que Facebook (37.450 fans aujourd’hui) et Twitter (76.645 abonnés).  Les courtes notes publiées sur ceux-ci renvoient systématiquement sur les productions du site web : articles, photomontages et vidéos. Le bouche à oreille a fait le reste.

Le livre que Chávez a offert à Obama

Quel livre Chávez a-t-il offert à Obama?

Le personnage d’Hugo Chávez est évidemment au centre des productions du Chigüire Bipolar. Comment pourrait-il en être autrement,  avec ce président qui est aussi communicateur hors pair, grand acteur et même chanteur à ses heures ? Toutefois, l’opposition n’est pas épargnée non plus, et notamment le mouvement étudiant. Même Alberto Federico Ravell, ex-directeur de Globovision (la chaîne de télévision d’opposition qui se caractérise par ses reportages antichavistes primaires), en prend pour son grade, alors même qu’il est le père de l’un des créateurs du Chigüire Bipolar ! Cela dit, soyons clairs : la tonalité antichaviste est celle qui domine sur le site, et de loin.

Un gros coup

Le Chigüire Bipolar a dernièrement fait un gros coup, qui a permis de populariser le site dans l’ensemble des pays de l’Amérique latine. Il a produit une vidéo intitulée Isla presidencial [Île présidentielle], version satirique du célèbre feuilleton télévisé Lost [Les disparus]. Les personnages ? Douze présidents d’Amérique latine qui échouent sur une île déserte et sont tenus de vivre ensemble.

En voici la bande-annonce, en style hollywoodien (sous-titres anglais) :

Voici le premier épisode (sous-titres anglais) :

Et le second épisode (en espagnol) :

Dans le collimateur ?

Caustique et irrespectueux, Le Chigüire Bipolar se trouve-t-il dans le collimateur du pouvoir ? Ce dernier ne se caractérise pas précisément par son sens de l’humour : la révolution, c’est sérieux ! Elle tolère difficilement la critique, fut-elle en mode satirique. Aussi le Chigüire Bipolar a-t-il été la cible d’attaques directes de la part d’un Mario Silva, par exemple, qui anime une émission quotidienne sur VTV, la chaîne de télévision gouvernementale. Mais, malgré un contexte difficile pour la presse d’opposition, le site continue à naviguer comme si de rien n’était, avec l’humour comme moyen de défense ultime.

Quant à Hugo Chávez lui-même, il n’a encore rien déclaré, à ma connaissance, sur le Chigüire Bipolar. La question qui se pose est la suivante : quelle est sa capacité réelle à rire de lui-même, fût-ce en privé ? En clair, est-il capable de supporter ceci :

ou encore ceci :

On peut espérer que le président, qui fait preuve d’esprit quand il parle de « pajarito » [petit oiseau] pour faire allusion à Twitter, est également capable d’apprécier  l’humour des autres à son égard. Après tout, critique ou non, satirique ou non, c’est lui qui reste la grande vedette du film !

Publicités

5 réflexions sur “El Chigüire Bipolar : le Charlie Hebdo vénézuélien

  1. Uhhhmmmm, non, pas du tout… « Bipolar » car comme le disait el camaleon de Graterolacho: « un raton con el gobierno y otro con la oposicion »…
    C’est un jeu de mots… il y a rien de dépressif là dedans…
    Je ne crois pas que el chiguire bipolar soit « le charlie hebdo venezuelien » (cette phrase je crois l’avoir lu dans « l’humanité » ou « liberation »), el chiguire est plutot « una joda »…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s