Artistique/Désolant/Religieux/Traditionnel

Un tableau ancien volé à Mucutaray

Mucutaray : Le tableau de La Candelaria dans son écrin

Le tableau de la vierge de La Candelaria, volé à Mucutaray

Je suis allé cette fin de semaine dans les Pueblos del Sur de Mérida, une région rurale où la fondation pour laquelle je travaille inaugurait une Mucuposada, c’est-à-dire une maison paysanne traditionnelle adaptée pour recevoir des visiteurs dans une optique de tourisme de base communautaire. C’était au lieu-dit Platanical, à Aricagua.

Jusque là, rien à signaler, sinon que le centre du village s’est trouvé envahi, tout au long de la journée de samedi, par les militants du Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV), en pleine campagne en vue des élections municipales du 8 décembre. Réponse du berger à la bergère : le lendemain dimanche, c’était au tour de l’opposition d’occuper massivement la même place Bolivar d’Aricagua. Particularité : c’est l’opposition qui détient actuellement la mairie, que les chavistes n’ont jamais réussi à conquérir…

Candelaria Mucutaray

L’affiche annonçant le vol

Sur le chemin du retour, j’ai fait un arrêt dans un autre village, El Morro. Et là je tombe sur une affiche : elle représente un joli tableau de la Virgen de La Candelaria (Notre-Dame de Candelaria), l’une des vierges les plus vénérées dans les Andes vénézuéliennes (ainsi d’ailleurs que dans l’ensemble du monde hispanique). Le tableau se trouve dans un écrin, une armoire fermée par une porte à deux battants. À première vue (mais je ne suis pas un spécialiste), il devrait dater au moins du 18e siècle.

Triste mention

L’affiche, tout ce qu’il y a de plus artisanal, porte une triste mention : « Tableau de La Candelaria, volé dans la chapelle de Mucutaray, paroisse d’El Morro, état de Mérida – Si vous avez quelqu’information, veuillez appeler les numéros 0274-6570044, 0416-1381255 ou 0426-9777044 ». Le sceau de l’archevêché de Mérida apparaît dans le coin supérieur droit. Renseignement pris, c’est le prêtre de la paroisse qui a pris l’initiative de lancer l’avis de recherche.

Mucutaray, Venezuela

Le hameau de Mucutaray (photo : Frankkessko)

En toute logique, on doit exclure que le vol soit le fait d’un habitant local. L’extrême religiosité des paysans andins, qui se manifeste par leur grande vénération des saints et leur respect total pour les lieux religieux, empêche de croire à cette hypothèse. Le tableau se trouvait dans la chapelle de Mucutaray, un hameau totalement isolé, d’accès très difficile, qui surplombe la vallée encaissée du río Nuestra Señora. Seuls les 4X4 (et les conducteurs expérimentés) peuvent y parvenir.

Ouverture dans le toit

Au moment du vol, il y a une semaine, la chapelle était fermée. Plutôt que d’enfoncer la porte cadenassée, les voleurs ont choisi de pratiquer une ouverture dans le toit, en en retirant les tuiles. Que personne ne se soit aperçu d’un quelconque mouvement reste un mystère, mais seules quelques familles vivent à Mucutaray, dans une relative dispersion.

La chapelle de Mucutaray, Mérida, Venezuela

La chapelle de Mucutaray (photo : Frankkessko)

Le tableau devrait se trouver maintenant dans la collection privée de quelqu’un qui en connaissait la valeur (et donc avait visité l’endroit auparavant). À moins que les voleurs aient travaillé sans commanditaire et tentent maintenant de mettre l’œuvre sur le marché de l’art religieux colonial. La Colombie toute proche offre un marché facile pour ce type de produit.

Pour l’instant, mon enquête n’a pu aller au-delà. Peut-être l’archevêché a-t-il davantage d’information sur ce tableau, ou encore le ministère de la Culture, qui a réalisé il y a quelques années un inventaire des patrimoines locaux. J’essaierai d’en savoir plus dans les jours qui viennent.

Alerte

Mais que cet article serve déjà d’alerte. Même s’il est peu probable que l’un de vous, chers lecteurs, se retrouve nez à nez avec ce tableau ancien dans un musée (ou dans votre salon !), je vous demande de diffuser l’information sur vos réseaux sociaux, Facebook, Twitter ou autres.

Les habitants de Mucutaray et d’El Morro vous en seront reconnaissants. Leur vœu le plus cher est de récupérer ce tableau, qui constitue leur patrimoine le plus authentique.

Concernant ces publicités

3 réflexions sur “Un tableau ancien volé à Mucutaray

  1. Intéressant bien sûr . Personnellement je ne collectionne pas les oeuvres d’art religieuses , pas plus que les Tour Eiffel .
    A mon avis le tableau en forme de triptyque est largement antérieur au XVIII-ème siècle
    même si l’histoire de cette vierge n’est pas si ancienne .
    L’auréole est un double disque dans un plan perpendiculaire à l’axe et non une ellipse en perspective , aux prémices .de la Renaissance .
    Mais en même temps les traits du visage rappellent les tableaux de Botticelli ..

    En voici sur le même thème , la Vierge du chancelier Rollin de Jan van Eyck et déjà on a les lignes de fuite et la perspectives caractéristiques de la Renaissance (… mais ce tableau est peut-être une copie d’une oeuvre antérieure …) … sauf que je n’arrive pas à « voler » l’image .

    • Jean-Pierre, le culte de la Vierge de la Candelaria a été importé au Venezuela à la fin du 17e siècle, avec l’arrivée de familles d’origine des Canaries (région dont elle est la patronne). Il est donc peu probable que le tableau soit antérieur à cette date. Voir http://es.wikipedia.org/wiki/Virgen_de_la_Candelaria_(Venezuela) .

      L’art religieux en Amérique est essentiellement fait d’imitations réalisées par des peintres populaires ne maniant pas les techniques européennes. C’est a fortiori vrai pour un tableau qui se trouvait dans une chapelle minuscule du fond des Andes. Il est donc difficile de faire des analogies de styles ou de dates entre tableaux européens et américains.

      • Oui j’ai lu ça .
        Mais toutefois ce style me semble archaïque et d’autre part on a l’impression qu’il n’y a pas un style mais deux superposés : le visage et le reste du tableau , comme si un artiste avait juxtaposé un visage sur un fond .
        Ensuite oui je pense aussi à une copie . Mais le culte , dans les Canaries ,est antérieur à la date de son exportation vers l’Amérique .
        Le tableau pourrait donc avoir fait le voyage et être lui-même antérieur .

        Quoi qu’il en soit , tu vas devoir jouer les Sherlock Holmes ! que ce soit pour dater le tableau au Carbone 14 si on le retrouve ( ce que j’espère ) , trouver de quel tableau il est la copie , ou bien s’il s’agit d’un original exfiltré des Canaries ( et peut-être déjà volé à l’époque – une sorte de Faucon Maltais ) ou pour retrouver les voleurs .

        A la limite tu pourrais en tirer un roman noir digne d’inspirer un nouveau John Huston et l’affaire serait résolue par les générations futures à partir de ton roman ( comme pour le Dahlia Noir) .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s