Politiquement incorrect

41.000 courriers électroniques de Stratfor sur le Venezuela

Stratfor dévoile des millions de documents sur l'Amérique latine

Le site WikiLeaks a commencé à publier il y a près d’un an, le 27 février 2012, plus de cinq millions de documents secrets émanant de l’entreprise Stratfor, compagnie privée étatsunienne spécialisée dans les services d’intelligence et d’espionnage. Wikileaks publie maintenant plusieurs centaines de milliers de documents qui concernent les pays d’Amérique latine et les filtre pour les rendre facilement consultables. C’est le cas, bien entendu, de dizaines de milliers de documents se rapportant au Venezuela.

Parmi les 41.160 courriers électroniques de Stratfor qui concernent le Venezuela, on trouve tout type de spéculations : des pronostics sur la situation économique du pays, des mises en garde concernant la nationalisation d’entreprises privées, des rumeurs sur le commerce avec l’Iran ou les relations avec le Hezbollah, sans oublier, bien sûr, des théories sur la nature de la maladie de Hugo Chávez.  Les rapports contiennent aussi des informations sur les forces armées vénézuéliennes, l’aviation militaire, la marine, l’industrie de l’armement et le budget militaire. La plupart des rapports datent de 2010 et 2011.

Ainsi que le signale le site de Julian Assange, les documents révélés, plutôt que de donner lieu à des révélations percutantes,  éclairent surtout sur la façon de travailler de Stratfor, son  réseau d’informateurs, ses techniques de corruption et les méthodes psychologiques utilisées pour obtenir l’information. On est étonné, en tout cas, de voir les « espions » de Stratfor utiliser le simple courrier électronique pour leurs échanges. Au Venezuela, on s’aperçoit aussi que la plupart de leurs informateurs appartiennent à l’opposition au gouvernement.

Les documents sont classés selon les catégories « très sensible », « sensible » et « courant ».

Voici les tweets de Wikileaks annonçant leur publication  :

Et voici les liens pour les consulter directement sur Wikileaks:

Il reste maintenant à analyser avec plus de détails le contenu de ces documents pour voir s’ils peuvent nous apporter plus que des rumeurs.  Car les rumeurs, on les a déjà dans la rue…

Concernant ces publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s