Désolant/Politiquement incorrect

Le champion n’est pas au mieux de sa forme

Hugo Chavez boxeHugo Chávez est reparti la semaine dernière à Cuba pour poursuivre ses traitements médicaux. Officiellement pour une oxygénothérapie hyperbare. Le président a quitté cette fois le pays en catimini, sans l’habituel reportage télévisé qui le montrait confiant. Pas d’images de son arrivée à La Havane non plus. Ajoutez à cela qu’il n’était plus apparu en public depuis plus de deux semaines, s’absentant de rendez-vous jugés importants.

Il n’en fallait pas plus pour déchaîner à nouveau les rumeurs les plus folles. Tels des vautours, les journalistes d’opposition se sont affairés autour de celui qu’ils présentent déjà comme un moribond. Twitter s’est enflammé. Tout le monde croit savoir. C’est à qui aura LE scoop.

De leur côté, les constitutionnalistes se perdent en conjectures sur ce qui se passerait en cas de décès du président avant le début de son nouveau mandat, prévu au début janvier : faudra-t-il le considérer comme le président en exercice ou comme le président élu ? La différence est importante, car la constitution prévoit un mode de succession différent selon le cas.

Tout ce déploiement d’énergies mal placées fait pitié. Et en dit long sur la mentalité de charognards qui anime nombre d’opposants.

Il est évident que le champion n’est plus au mieux de sa forme. Mais laissons-le en paix. On peut le détester jusqu’à plus soif, il a droit aux mêmes gestes d’humanité que n’importe qui. Président ou pas, Chávez ou pas, le poids de la maladie est déjà suffisamment difficile à supporter. Le calme et le silence, en ce moment, s’imposent.

Concernant ces publicités

4 réflexions sur “Le champion n’est pas au mieux de sa forme

  1. La description du journalisme d’opposition m’a vraiment fait sourire et reprend tellement bien les discours haineux et stupides qui se propagent dans le milieu des opposants. Hélas ces armes « rhétoriques » stupide sont aussi celles de certains supporters pro gouvernement, mettant en évidence le peu de profondeur qu’offre le débat politique au Venezuela.

    • Des excuses au pouvoir en place en Europe qui , au lieu de tenirses engagements et de respecter le vote des citoyens , instaure une ultra-austérité , pousse à la résurgence de l’extrême-droite sans vergogne , tout en contiuant ses politiques agressives à l’encontre des pays non-alignés , ou bien des excuses à l’encontre d’un pouvoir qui tient ses engagements , réduit de façon drastique la pauvreté très vite, développe l’accès à l’éducation et aux soins .
      Il y a des choix de sociétés . Libre à chacun de soutenir ‘indéfendable .
      Quant à souhaiter la mort de Chavez comme l’a fait El Pais , journal paraît à gauche , il me semble que là il n’y a aucune excuse à ce manque de déontologie .
      Pourquoi El Pais ne recrute–t-il pas des escadrons de la mort dans ses colonnes ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s