Désolant

Vénézuéliens en TGV

TGV

On a beau dire que c’est la crise au Venezuela, que le contrôle des changes instauré par le méchant Chávez limite les voyages des Vénézuéliens à l’étranger, que plus rien n’est comme avant,…  les Vénézuéliens en question continuent à voyager allègrement, comme si de rien n’était.

Il ne s’agit pas bien sûr de tous les Vénézuéliens, mais précisément de ceux qui se plaignent le plus : la dénommée classe moyenne. En effet, la plus grosse partie de la population (80 % environ) n’a tout simplement pas les moyens de voyager à l’étranger (et ne s’en plaint pas outre mesure). Mais la classe moyenne, elle, ne se satisfait pas des 3500 dollars par an et par personne, au taux officiel, qui sont autorisés par le contrôle des changes pour voyager à l’étranger, hors billet d’avion. Cela semblerait vouloir dire qu’annuellement, elle a besoin de plus que cela, la pauvre,  pour voyager. De quoi faire pâlir les familles européennes moyennes, dont la plupart dépensent bien moins que cette somme pour leurs vacances annuelles.

Partout

Touristes vénézuéliens à Venise

Touristes vénézuéliens à Venise

Ces Vénézuéliens voyageurs, on les trouve partout : dans les aéroports, bien entendu (Miami et Panama en tête, commerce et consommation obligent), mais aussi dans les grands lieux touristiques de la planète : sur les Champs-Elysées en train de fouiner parmi les parfums de Séphora, déambulant sur la 5e avenue de Manhattan, perdus dans les ruelles de Florence, se baladant au parc Guell de Barcelone, ou encore en croisière sur le Nil, pour ne parler que des quelques endroits ou j’en ai personnellement rencontrés lors de mes pérégrinations de ces dernières années (car je voyage, moi aussi…).

Le Vénézuélien en goguette est dépensier et gros consommateur : non seulement il s’offrira les meilleurs hôtels et s’achètera la toute dernière technologie, mais encore il cherchera à faire en catimini son petit négoce, achetant par exemple, qui des parfums ou des vêtements, qui des Blackberry ou des iPod, afin de les revendre avec un généreux bénéfice une fois revenu au Venezuela. D’où le succès ininterrompu, pour les Vénézuéliens, de Miami et Panama, places fortes du commerce latino.

À ce compte-là,  il n’est pas étonnant que les 3500 dollars ne suffisent pas et que, en conséquence, Chávez apparaisse comme un tyran les empêchant de faire du négoce, ou plutôt du marché noir.

Bruyant

Le Vénézuélien en voyage n’est pas très discret.  Souvent bruyant, il passe rarement inaperçu, d’autant plus qu’il privilégie le voyage en groupe, familial ou non.

Atmosphère feutrée ?

Petit exemple vécu : je voyageais récemment dans le TGV reliant Bruxelles à Paris, en première classe. La voiture était pleine de ces hommes d’affaires qui ne lèvent pas une seconde la tête de leur ordinateur durant le voyage ou négocient à voix basse par téléphone. L’atmosphère aurait dû être feutrée, comme d’habitude… Mais non :  au centre de la voiture, sur les sièges qui se font face, quatre personnes conversaient et s’animaient, ne craignant pas d’élever la voix ou d’éclater de rire. Leur accent ne laissait aucun doute (pour moi tout au moins) : c’étaient des Caraqueños (des habitants de Caracas) : trois femmes et un homme qui avaient tout de cette classe moyenne dont je parlais plus haut : une attitude insouciante, inconsciente, hautaine, irrespectueuse.

Le plus triste est à venir : de quoi ont-ils parlé durant ce trajet de plus d’une heure ? Exclusivement de crèmes hydratantes ! De celles qu’ils avaient achetées, de celles qu’ils voulaient acheter, de celles à ne pas acheter, du meilleur endroit où les acheter…

J’avais là devant moi, le temps d’un trajet en train, la caricature parfaite du touriste vénézuélien.

Pour tout dire, cela me provoquait de la gêne aux entournures.

Concernant ces publicités

4 réflexions sur “Vénézuéliens en TGV

  1. Ce savoureux portrait de la classe moyenne vénézuelienne n’est pas sans évoquer les carnets du Major Thompson , d’il y a quelques décennies.
    Tandis qu’on s’ingénie à vouloir favoriser l’accès à la Culture pour la classe défavorisée , la classe aisée , souvent , n’en a cure .( justement à propos de petits soins , c’est le terme)

    La prochaine fois que je me retrouverai dans le TGV en 1ère classe ( il y a des promos) et que j’entends des importuns parler haut et fort en espagnol je crierai Que viva Chavez ! Y basta con su crema de mierda !

  2. Bonjour Jean-Luc, voilà un article bien placé sous la section "Désolant". Moi en tant qu’étudiant (doctorant) vénézuélien en France, je ne peux que avoir honte des personnes comme ça. Moi j’en ai vu pire, et c’est vraiment pour moi une génération perdue! Heureusement, et je me permet de banaliser la généralisation, on va toujours trouver parmi ces gens là, d’autres avec une bonne foi. Donc des gens qui font l’exception à cette loi de la "génération perdue"! Merci.

  3. El doctor tiene razon, no todos podemos instruirnos y salir.
    Demostrarle que como en todas partes no son todos los que estan ni son todo los que son.

    Quizas fué una sola vez los venezolanos, el ruido, , , les autres fois qu’on vous a dérangé c’etait qui?
    Une seule fois ne peut pas faire des venezueliens une classe de touristes.
    Je ne souporte pas d’être derangée non plus , vous vous est chez vous et vous n’avez pas fait valuar vos droits. Ils auraient compris, je en suis persuadée.
    Pas la peine de repondre, je n’y toucherais pas ce site à nouveau… sinon je vous racconterai comment se font les arrivés chez eux… pour ne pas payer des impôts, le carburants des voiliers pas chére et laissant vos détritus dans la mer, la bonne vie, sans que personne vous dérange … six mois là, partagés entre la DOM et le Venezuela, ça se peut… sont pas tous, voilà heureusement pour les autres.
    Total silence et discretion dans le passé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s