Aventureux

Aux sources de Jules Verne

Jean Chaffanjon durant son expédition au Venezuela

Jean Chaffanjon durant son expédition au Venezuela

Aah, cette manie de toujours vouloir remonter aux sources! J’avais à peine terminé de rédiger mon billet sur Le superbe Orénoque de Jules Verne (dans lequel le romancier mène son héros à la source du grand fleuve), que j’ai voulu, moi, remonter à la source de Jules Verne, à savoir jusqu’à celui qui fut l’inspirateur de son roman orénoquien : l’explorateur Jean Chaffanjon. Jules Verne ne fait d’ailleurs pas mystère de cette source, à tel point que le héros de son roman se réfère à plusieurs reprises aux textes de Jean Chaffanjon.

Personnellement, j’étais intrigué par le personnage : qui pouvait être ce monsieur qui, en cette fin de XIXe siècle, avait eu l’audace de venir se balader au sud du Venezuela, dans ce vaste territoire amazonien encore largement inconnu et inexploré? Dans ma recherche, j’ai d’abord trouvé une photo de Jean Chaffanjon prise au cours de son expédition vénézuélienne (ci-dessus), puis une autre plus officielle (ci-dessous). Il est toujours bon de pouvoir mettre un visage sur un nom, cela vous place le personnage. J’ai ensuite pu grappiller çà et là quelques éléments de sa biographie.

Deux expéditions au Venezuela

Que sait-on du personnage? Qu’il est né en France en 1854 et mort dans les Indes néerlandaises (l’actuelle Indonésie) en 1913. Qu’à l’âge de 16 ans, pendant la guerre franco-allemande de 1870, il fait partie du groupe de volontaires organisé par Garibaldi, l’unificateur de l’Italie, pour appuyer et défendre la toute jeune république française. Qu’en 1884, il part pour la Martinique et y exerce son métier de professeur d’histoire naturelle. Que l’année suivante, commandité par le ministère de l’Instruction publique, il effectue une première expédition au Venezuela. Au cours de celle-ci, il explore le bassin du rio Caura (où, attaqué par des autochtones, il manque de perdre la vie et s’échappe dans des circonstances rocambolesques), puis remonte l’Orénoque jusqu’à l’embouchure du rio Meta.

Mais ce n’était là que l’apéritif. Mis en bouche par ce premier voyage, il se lance dans une seconde expédition. Un véritable défi : atteindre la source de l’Orénoque, une région presque totalement inconnue où seuls quelques explorateurs –dont Alexander von Humboldt en 1800- s’étaient précédemment risqués. Il prend la route du Haut-Orénoque en 1886. Après avoir vécu des aventures dignes de… Jules Verne, il pense avoir atteint son but : les sources du grand fleuve. Une expédition postérieure, celle dirigée par Alain Gheerbrant en 1950, prouva qu’il n’en fut rien. Il n’en avait pas moins fait avancer les connaissances sur cette région, en décrivant la géographie, la faune, la flore et surtout les populations autochtones rencontrées, faisant œuvre à la fois de naturaliste et d’anthropologue.

Pour ses expéditions dans le Haut-Orénoque, Jean Chaffanjon a reçu en 1888 la médaille d’or de la Société de géographie. Plus tard, il refusa la prestigieuse Légion d’Honneur que voulait lui décerner la France, mais il accepta, par contre, le titre de Caballero del Orden del Libertador que lui décerna le Venezuela.

Un récit éclairant

Le récit de ses expéditions a été publié dans l’ouvrage collectif Le Tour du monde – Nouveau journal des voyages, publié sous la direction de Édouard Charton (Hachette, 1888). J’en ai retrouvé le texte et je l’ai mis en ligne pour les petits curieux (cliquez ci-dessous pour lire ou télécharger) :

Expéditions de Jean Chaffanjon au Venezuela (1885-1887)

 

Pourquoi s’intéresser à d’aussi vieilles choses? Personnellement, J’ai plusieurs raisons :

  • Ces vieux récits me font découvrir un pays que je connais vu par d’autres yeux et surtout à une autre époque. Je ne trouve rien de plus passionnant que de suivre sur le terrain , un siècle plus tard, les traces d’un explorateur ou d’un écrivain et de voir l’évolution qui s’en est suivie.
  • Je suis toujours impressionné par l’audace et le courage de ces explorateurs qui s’aventuraient dans des régions inconnues avec un minimum de commodités. Pour prendre l’exemple de l’expédition de l’Orénoque, comment remontait-on le courant d’un fleuve aussi puissant sans le moindre moteur? Dans cet « enfer vert »,  comment résistait-on aux risques de maladie? Comment traitait-on avec les tribus rencontrées, dont certaines n’avaient jamais vu un homme blanc?
  • Et surtout, surtout, il m’intéresse de connaître les populations et leurs modes de vie, à une époque où le capitalisme n’avait pas encore implanté sa marque dans les esprits. C’est en quelque sorte le grand rêve de l’anthropologue : rencontrer des populations dites « vierges », afin de situer la nôtre dans un contexte élargi qui permet de mieux la comprendre.
  • Enfin, il m’importe de voir et d’analyser comment, précisément, le capitalisme et l’impérialisme (n’ayons pas peur des mots, ils sont ici utilisés dans leur sens scientifique, non militant) étaient en train, au travers de ces explorateurs, de s’approprier le monde. Le XIXe siècle, à cet égard, est le siècle exemplaire de cette expansion. La conquête de nouveaux espaces (et de nouveaux esprits) n’était pas encore polluée par la culpabilité qui nous habite, nous Blancs colonisateurs, depuis la seconde partie du XXe siècle. À cette époque, cette conquête se faisait toujours, de façon presque ingénue, au nom de la science, du progrès, de la civilisation.

Sur ce dernier point, le texte de Jean Chaffanjon est tout à fait éclairant. Au fil des pages, on voit l’explorateur pêcher en utilisant des cartouches de dynamite (shocking!); déterrer un squelette d’Indien, allant jusqu’à profaner un cimetière; « acheter » les Indiens avec des armes, des munitions ou des colifichets! Ces pratiques peu scrupuleuses nous paraissent aujourd’hui totalement déplacées, elles ne l’étaient pas dans la mentalité de l’époque. Ce sont elles qui nous ont permis de garnir nos musées et d’écrire nos beaux articles scientifiques. Ainsi le musée du quai Branly, à Paris, possède 462 objets rapportés du Venezuela par Jean Chaffanjon, dont 142 proviennent de la région de l’Orénoque (pour les découvrir, faites une recherche Chaffanjon, Venezuela et Orénoque dans le catalogue des objets du musée).

L’expédition en images

Enfin, last but not least, Jean Chaffanjon a rapporté de nombreuses photographies de ses voyages d’exploration. Il s’agit là d’un témoignage exceptionnel qui nous fait revivre en images les expéditions et surtout nous montre les populations indiennes. J’en ai retrouvé quelques-unes, que je publie ci-dessous.

Récit de voyage, photos, objets… Voilà de quoi vous permettre de faire une bonne plongée dans le Venezuela du XIXe siècle, accompagné par cet explorateur si représentatif de son époque qu’était Jean Chaffanjon. L’aventure est au bout du chemin. Du vrai. Du vécu. Mieux que du Jules Verne!

Le bateau

L’embarcation de l’expédition

Transport

Embarquement

transport

Transbordement

Franchissement des rapides de Maipure

Franchissement des rapides de Maipure

Les rapides de Vivoral

Les rapides de Vivoral

Expédition

Difficultés de l’expédition

Cimetière piaroa

Cimetière piaroa

Indiens Guahibos

Groupe de femmes et enfants Guahibos

Indiens Guahibos

Groupe d’hommes Guahibos

About these ads

9 réflexions sur “Aux sources de Jules Verne

  1. Félicitations pour votre "exposé" sur Chaffanjon et ce très grand, et trop méconnu, explorateur français. Vous n’ignorez sans doute pas, qu’après l’Amérique Latine, Chaffanjon s’est intéressé à l’Asie Centrale ou il a mené de superbes et passionnantes expéditions.
    Encore bravo et merci de publier d’aussi bonnes choses. J’apprécie le ton mesuré et dépassionné de certains de vos commentaires…
    Loménie

  2. bonjour, pourriez vous m’indiquer où est ce que vous avez récupéré la photo du cimetière piaroa?
    j’aimerais l’utiliser pour l’article du wikipedia.fr (j’ai besoin de prouver qu’elle est libre de droits, ici elle est apparemment tombée dans le domaine public)
    merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s