Historique

Le pays qui aurait pu ne pas exister

Carte de la Grande Colombie, par Agustin Codazzi
Carte de la Grande Colombie, par Agustín Codazzi

Paradoxalement, c’est Simón Bolívar lui-même, le Libertador, qui aurait pu rayer de la carte du monde son pays natal, le Venezuela. S’il avait réussi dans son ambitieuse entreprise d’unir les Amériques latines, le Venezuela n’aurait sans doute pas existé en tant que nation, car il aurait fait partie –aux côtés de l’actuelle Colombie, de l’Équateur et du Panama– de la « Grande Colombie ». S’inspirant de la vision du précurseur Francisco de Miranda, Simón Bolívar voulait en effet former un grand pays nommé Colombie, appelé ainsi en hommage à Christophe Colomb. Voici ce qu’il écrivait en 1815 dans sa fameuse Lettre de Jamaïque, dans laquelle il exprime l’idée d’unir la Nueva Granada (la Colombie actuelle) au Venezuela :

Cette nation s’appellera Colombie, afin de rendre justice et gratitude au créateur de notre hémisphère.

Au Congrès d’Angostura de 1819, Simón Bolívar est nommé Président de la République de Colombie. En 1821, le Congrès de Cúcuta entérine la création de la Colombie et la divise en sept départements. Le territoire qui constituait sous la colonie la Capitanía General de Venezuela est alors fractionné en trois départements : Orinoco (comprenant les provinces de Guayana, Cumaná, Barcelona et Margarita), Zulia (comprenant les provinces de Coro, Trujillo, Mérida et Maracaibo) et Venezuela (comprenant les provinces de Caracas et Barinas). Il s’en fallut alors de peu pour que le nom de Venezuela ne disparaisse, car le congrès avait initialement proposé de nommer ce département Apure. C’est Bolívar, cette fois, qui intervint in extremis pour que l’on conserve le nom de Venezuela à une partie du territoire.

En 1824, une loi créa encore un nouveau département, celui d’Apure, constitué par la province de Barinas, amputant d’autant le département du Venezuela. Dilué dans la Grande Colombie, le nom de Venezuela ne s’applique alors qu’à la seule province de Caracas (voir la carte).

La fin du rêve

En 1826, tandis que Bolívar continue son œuvre de libertador au Pérou, un conflit éclate entre Francisco de Paula Santander, en charge de la présidence de la Colombie et représentant du centralisme de Bogotá, et le général José Antonio Páez, commandant général du département du Venezuela. Cette grave crise politique conduit à la dissolution de la grande République de Colombie. C’en est fini du grand rêve de Bolívar. En revanche, la division du pays a pour effet de faire renaître le Venezuela de ses cendres.

Le 24 septembre 1830, le général Páez fait promulguer une nouvelle constitution, laquelle consacre l’indépendance et l’unité nationale du Venezuela. Dans ce texte, le territoire de la nouvelle République se définit comme « tout ce qui avant la transformation politique de 1810 se dénommait Capitanía General de Venezuela ». C’est donc le remembrement du territoire. Au-delà de la simple géographie, le texte constitutionnel parle aussi de « nation vénézuélienne ».

Depuis lors, le Venezuela conservera son nom –et son existence– sans la moindre interruption. Par contre, le nom de la république, lui, changera quelquefois. En 1864, la constitution fédérale consacre le nom États-Unis du Venezuela, qui restera en vigueur jusqu’en 1953 (même si le fédéralisme ne sera jamais appliqué dans le pays). Cette année-là, le pays retrouve son nom de République du Venezuela, qu’il conservera dans la constitution de 1961. La dernière modification a lieu avec l’avènement de l’actuelle constitution, en 1999, lorsque le pays adopte de nom de République bolivarienne du Venezuela.

Simón Bolívar se trouve ainsi associé au nom d’une république qu’il n’a jamais vraiment désirée! Ainsi vont les bizarres détours de l’histoire!

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s